Brèves

#Regards sur la ville, le livre et le docu de la semaine

4516213_7_64c5_dr_048437fc1bcd05579ec699826cae4818
 

Quartier Gays de Colin Giraud


 

Colin Giraud retrace dans ce livre l’apparition des quartiers gays dans deux capitales francophones: Montréal et Paris.
 
Après les red light districts et l’apparition du Castro, le quartier gay de San Francisco dans les années 70, la libération gay et la crise du SIDA ont transformés les petits commerces gays épars en véritables lieux de vie commun. On assiste alors à l’apparition d’une « géographie lesbienne et gaie ».
 

Le Village de Montréal et le Marais de Paris, sont tout deux des quartiers centraux d’origine populaires. Terreaux fertiles à un processus de « gentrification », ils servent, dans ce livre, de terrain d’étude de la « gaytifrication ».
La question posée est la suivante : Quelle est l’origine de l’apparition d’un tel phénomène spatial? Quel est le déclencheur de la mutation de ces quartiers : les commerces où la population?
 

Dans la tradition de Bourdieu, l’auteur décrit la marginalité sociale dans laquelle les gays étaient reclus, devenir d’abord une mode, puis une institution.
« Les gays n’habitent pas une ville comme les autres citadins » dit il. Il nous relate dans ce livre la manière dont un groupe, naguère invisible et déconsidéré, a réussi en moins de trois décennies, à trouver sa place dans le paysage urbain et à y forger une identité, plus que quiconque.
 
 
 

La Villeneuve, l’utopie malgré tout


 
Il y a deux ans, le documentaire d’Envoyé spécial « La Villeneuve, le rêve brisé » avait suicidé la polémique. Les habitants de la cité grenobloise, indignés, avaient poursuivi France Télévision pour diffamation. L’image caricaturale du quartier qui en ressortait était « synonyme d’échec et de ghetto ».
 
Aujourd’hui, Vincent Massot et Flore Viénot nous dévoilent un documentaire offrant une image plus juste du quartier grenoblois. « Le conflit a fait naître des initiatives positives dans le quartier. Avec Flore, c’est de ça qu’on a eu envie de vous ­parler » relate la voix off de « La Villetaneuse, l’utopie malgré tout. »
 
Le jeune réalisateur a aussi cherché à redonner aux images tournées par son père et utilisées à mauvais escient dans le documentaire d’Envoyé spécial, leur vocation première: relater le quotidien de ce quartier populaire sans pour autant le stigmatiser.
 
Pour être au plus prés de la réalité, le binôme a séjourné régulièrement au sein de la Villeneuve durant un an. Ils y ont recueilli les paroles des habitants et capturé avec sincérité des images, rachetant modestement la réputation du quartier.
 
A vous de juger !
 

La Villeneuve, l'utopie malgré tout par latelelibre

 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.