Brèves

Une nouvelle Venise, « made in china » cette fois

C’est dans la ville portuaire de Dalian, dans le Liaoning (nord est chinois), que cette Venise Orientale a vu le jour. Le projet, mené par le groupe Haichang qui a fait fortune dans l’immobilier, les activités maritimes, les hydrocarbures et le vin (il est l’un des plus grands propriétaires de vignoble dans le Bordelais) vise à augmenter la côte de popularité de la ville. Grande ville industrielle de plus de 7 millions d’habitants, Dalian est le troisième port de Chine. Ni très glamour, ni très touristique, la ville espère qu’en s’offrant une nouvelle façade, elle attirera les touristes chinois se trouvant dans l’incapacité de voyager en Europe.
 

Après Paris donc (dont une réplique a également été réalisée en Chine), c’est au tour de Venise, dont la lagune est classée au patrimoine de l’UNESCO depuis 1987, de servir de modèle. Le projet s’inscrit sur plus de 400 000 mètres carrés de terrains, sillonnés par 4 kilomètres de canaux où circulent quelques gondoles.
Cette imitation, partiellement ouverte il y a quelques jours, abritera à terme 200 manoirs de style vénitien qui ont pour la plupart déjà été vendus.
 

Pour la modique somme de 1,25 milliard de dollars, la Chine a donc créée une « ville d’attraction ». L’illogisme est de taille face au patrimoine dont la pays recèle, avec des villes d’eau traditionnelles comme Suzhou par exemple.
 

Dalian


 
A9037DGN00AP0001
 
A90373Q300AP0001-1728x800_c
 
A90375MV00AP0001
 
A90379J500AP0001
 

Versus Suzhou


 
Suzhou.original.4201
 
dscf1979
 
Canal_à_Suzhou
 
 
 

Vos commentaires

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.