Brèves

Au Congo, Robocop gère la circulation

©Dunia Kongo Media

©Dunia Kongo Media

Et non, ce n’est pas une blague. A Kinshasa, plusieurs robots anthropomorphes de 2,5m de haut ont été placés sur des carrefours dangereux pour assurer la sécurité routière. Avouez qu’ils sont bien plus « gang » que les policiers en chasubles jaunes fluo ! Lunettes de soleil, raquettes clignotantes vertes ou rouges, voix électronique et mouvement giratoire saccadé du torse, leur look rétro les rendrait presque fashion.
 

Mis au point par la société Women Technology, ces « robots roulage intelligents » fonctionnent grâce à l’énergie solaire, toujours au rendez-vous au Congo. Ainsi, ils sont capables de prononcer des phrases basiques du type « vous pouvez laisser le passage aux piétons », de dresser leurs bras afin d’indiquer d’un panneau rouge ou vert la priorité, mais aussi de distribuer des PV et de filmer de leurs yeux ultra-soniques les infractions dont ils sont témoins.
 

Dans la mégalopole kinésie, où les feux tricolores sont encore rares, l’avantage de telles machines réside dans le fait que les robots bénéficient d’un pouvoir d’intimidation et surtout, ils n’acceptent pas les « bakchichs ». De plus, un chauffard mécontent ne risquerait pas de s’en prendre à lui alors qu’un policier subit de nombreuses représailles lorsqu’il fait preuve d’autorité.
Impartiaux, impressionnants, toujours présents, ils sont le moyen idéal de faire respecter l’ordre à Kinshasa où la circulation est anarchique et les accidents de la route fréquents.
 

De deux en 2013, à 5 aujourd’hui dans la ville, ces robots représentent un coût de fabrication équivalent à 15 000 dollars. Un sacré investissement en comparaison au cout du salaire d’un policier. Mais Woman Technology, fondée au départ pour offrir des débouchés aux femmes congolaises titulaires d’un diplôme d’ingénieur, espère créer des emplois dans tous le pays, et décrocher des contrats internationaux avec cette technologie dissuasive.
 

Espérons tout de même que tous les flics corrompus de la ville ne soient pas remplacés par des Robocops…
 


 
© Afrique 360°

© Afrique 360°


 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.