Débats

Paris: de nouveaux arrondissements pour une ville plus en accord avec la Constitution ?

© V. Wartner

© V. Wartner


 

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a pour projet de redessiner la carte des arrondissements parisiens. Rappelons qu’aujourd’hui, la spécificité de grandes métropoles comme Paris, Lyon et Marseille est d’élire leur maire au suffrage universel indirect. Ce sont les conseillers municipaux et les maires d’arrondissement, élus au sein de chaque arrondissement, qui ont la responsabilité électorale du maire de la ville. Ainsi, chaque maire d’arrondissement a le même pouvoir décisionnel lors des élections municipales alors même qu’ils ne représentent pas les mêmes quantités de citoyens.
 

Les écarts de population au sein de la capitale sont conséquents puisque le 1er arrondissement compte quinze fois moins d’habitants que le 15e. Une telle disparité pourrait paraitre contraire à la Constitution. Le projet consisterait donc à redessiner les arrondissements parisiens dans un souci de rééquilibrage démographique.
 

La maire en profite pour réclamer une nouvelle organisation des pouvoirs institutionnels dans la capitale. Paris, sous la tutelle étatique, est à la fois commune et département et souffre de la « concurrence » de deux budgets distincts.
Au moment où se crée la métropole du Grand Paris, « nous devons rationaliser l’organisation administrative parisienne » défend elle au journal Le Monde. Anne Hidalgo propose donc de fusionner la commune et le département et de réaffecter certains pouvoirs du préfet de police au maire. Celui-ci pourrait alors « autoriser la baignade dans les plans d’eaux parisiens et décider des horaires d’ouverture des débits de boisson » par exemple, comme tous les maires de France. Les compétences du maire de Paris seraient également élargies en matière d’urbanisme.« On irait plus vite si le plan de sauvegarde du Marais, qui relève de l’Etat, était discuté et voté par les élus parisiens en même temps que le plan local d’urbanisme » (propos recueillis par Le Monde). A titre d’exemple, le projet de fermeture des quais à la circulation a été ralenti durant plus de 10 ans par les obstacles et entraves échafaudés par les préfets de l’époque. En revanche, en ce qui concerne le maintien de l’ordre, surtout en cette période de déploiement du plan Vigipirate, la maire de Paris ne souhaite pas empiéter sur les plates bandes de l’Etat.
 

Un vent de changements concernant le découpage administratif de la capitale souffle donc, à la veille (le 1er janvier 2016) du décret officialisant les contours de la nouvelle métropole.
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.