Brèves

Dossier spécial Brésil #1 : Du Street Art pour dénoncer

A 10 jours du coup d’envoi de la coupe du monde qui aura lieu au Brésil (si vous ne le saviez pas encore, c’est fait), le pays a dépensé près de 10 milliards d’euros pour organiser l’évènement.
 

Cette dépense, loin d’être sommaire, pousse la population de ce pays à forte disparité (le 10ème pays le plus inégalitaire au jour d’aujourd’hui) à se révolter. En juin 2013, 200 000 à 1 millions d’individus sont descendus dans les rues pour protester contre l’augmentation des prix des transports en commun, mais aussi contre les dépenses colossales engagées pour organiser le Mondial (entre autre dûes à la corruption) qui aurait été plus profitable aux populations locales.

 

Banksy-JO-810x542

 

En signe de protestation, les Brésiliens utilisent de multiples moyens, dont les graffitis.
Tout comme Bansky lors des JO de 2012 (voir au-dessus), des street-artist locaux dénoncent les dérives d’événements sportifs de grande ampleur et ont ainsi pris le quotidien du peuple brésilien dans la perspective de la Coupe du Monde et les ont transformé en images fascinantes qui ne pourront être ignorés par les milliers de touristes qui vont bientôt être avoir les yeux rivés sur ​​leur pays.

 

En voici quelques unes.

 
 

01-bXB6YQp

 

02-q97CY4v

 

03-XXn1oN8

 

04-hxID0f5

 

05-kq10KtY

 

06-dfEKNfd

 

07-Ma7HodH

 

08-BrkcBuq

 

10-2KKI1fh

 

11-XOE575Y

 

12-UPqoqDV

 

13-4MAMj3R

 

Réalisée sur la façade d’une école dans le quartier de Pompeia à Sao Paulo, l’oeuvre du street-artist brésilien Paulo Ito est rapidement devenue le symbole des anti-Coupe du monde :

 
 

09-YDvILko

 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.